Maison Autrique

Exposition Guerre & Jouet – Les jouets belges de 14-18

Page1

musiq3

  • brusselslife.be
  • Espace Livres : Ecoutez Paul Herman au micro d’Edmond Morrel
  • Brusselnieuws.be – article du 18/07/2014
  • Plus Magazine – article du 10/02/2014
  • Brussels-star.com – article du 24/03/2014
  • Présentation dans le « Face à Face » – émission du 25/02/2014 – présentation du livre et de l’expo par Charlotte Baut
  • La Dernière Heure – Les Sports – article du 04/08/2014
  • Emission « Cinquante degrés Nord » – 5/03/2014 : De nombreux ouvrages saluent les commémorations de la guerre 14-18, chacun à leur manière, en abordant un aspect particulier, donnant un éclairage nouveau sur le sujet. Parmi ces livres, celui de Paul Herman économiste de formation et passionné de bandes dessinées. Travaillant pour une grande maison d’édition de BD il s’est aussi passionné pour les jouets anciens. Son livre, Les petits soldats de la grande guerre, vient de sortir chez Glénat.
  • La Libre Belgique – article du 5/03/2014 :

Les jouets de guerre, ces patriotes discrets

Exposition Paul Herman présente à la Maison Autrique sa collection de jouets de 14-18.

 

Sympa et déroutant…Même si les autorités régionales bruxelloises pédalent dans la choucroute dans la course à la préparation des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale, loin derrière la Flandre, la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Wallonie, une des premières expositions originales sur les cent ans de 14-18 s’est ouverte à Schaerbeek.

Une expo mais aussi un album

Elle vaut le détour à plusieurs titres. Parce qu’elle est installée dans un écrin unique, la Maison Autrique conçue par Victor Horta; ensuite, parce qu’elle aborde la “der des ders” sous l’angle des jouets. A thème hors du commun, coordinateur pointu. Ceux qui le suivent depuis plus de 30 ans ne seront pas surpris que le commissaire de l’expo soit Paul Herman qui sort en même temps “Les Petits soldats de la Grande Guerre. 800 jouets de la Première Guerre Mondiale”, un ouvrage dont on reparlera. De collectionneur “accro” qui a couché ce hobby sur papier à moult reprises, ce passionné bruxellois est devenu historien du jouet. Incontournable pour nous initier à un engagement patriotique qu’on n’aurait pu imaginer  : celui des enfants privés de jeux traditionnels suite à l’éclatement du conflit. Car les jouets fabriqués en Belgique occupée ont été un patrimoine important qui s’intégra dans un vrai système d’entraide. L’Union patriotique des femmes belges distribua ainsi aussi des jouets (Œuvre belge du Jouet) aux familles nécessiteuses. Et bien des bouts de bois, de chiffons et de carton-pierre se sont mués en jeux et jouets pour la Fa-Be-Jo (Fabrique belge de Jouets) et le Jouet Belge à Bruxelles, pour le Jouet Liégeois à Liège ou encore pour Remdéo à Louvain dirigé par la comtesse de Merode dont l’époux était Grand Maréchal de la Cour.

“Ces jouets en bois fabriqués par les œuvres patriotiques ne sont pas faciles à retrouver”

explique Paul Herman.

“L’intérêt pour les jouets anciens est relativement récent. On s’est
d’abord centré sur les jouets en tôle jugés plus élégants. Les grandes marques ont ensuite fait l’objet d’une attention accrue. Un marché s’est développé d’où la spéculation n’était pas absente”.

Les soldats et les sites d’Amédée Lynen

Si les jouets en bois sont restés à l’écart, Herman fut de ceux qui ont perçu leur importance dans la société de l’époque. “Ceux de la guerre ont une charge émotive particulière. Derrière eux, il y a des hommes qui ont créé et dessiné les projets pour des équipes bénévoles chargées de répartir le travail parmi une main-d’œuvre de soldats victimes des combats”. Infatigablement en quête de pièces originales, le responsable de l’exposition a déniché un vrai trésor en mettant la main sur une soixantaine de gravures de l’artiste bruxellois Amédée Lynen qui ont servi de modèles aux jouets.

“Lynen, peintre reconnu pour ses dessins et tableaux de scènes quotidiennes, a en effet dessiné nombre d’armées en présence avant qu’on ne les reproduise en bois. Le visiteur peut comparer les dessins de Lynen et les jouets fabriqués selon ses modèles”. Mais l’exposition n’est pas limitée aux petits soldats. On y trouve des villages miniatures reproduisant fidèlement des lieux comme le béguinage de Dixmude mais aussi une fête foraine, un chariot tiré par un cheval, des poupées et des jeux de société. Des jouets très pacifiques qui faisaient s’évader les enfants d’un quotidien difficile…

Christian Laporte

 

“Guerre&Jouet. Les jouets belges de 14-18”, à la Maison Autrique à Schaerbeek, jusqu’au 19 nov. 2014. Rens. : 02.215.66.00 ou www.autrique.be

Des soldats d’Amédée Lynen sous toutes les dimensions dans l’écrin de la Maison Autrique